Ballade musicale

Du lundi au jeudi, de 16h à 17h
Voir la page de l'émission

Frédéric Chopin et la musique de salon

Juin 19, 2017

Frédéric Chopin en 1833, d’après Pierre-Roch Vigneron (Bibliothèque Nationale de France).

Notre musicologue Nicolas Deshoulières présente une Ballade musicale sur Frédéric Chopin et un genre très en vogue sous la Monarchie de Juillet et le Second empire : la musique de salon.

Incontestablement le plus grand ambassadeur de l’âme polonaise au XIXsiècle, Frédéric Chopin fut souvent considéré comme Français par son attachement réel et profond à cette nation dans laquelle il passa la majeure partie de son existence.

Enfant prodige, il ne tarda guère à se forger une réputation de Mozart polonais, reconnaissance d’autant plus significative que son pays, alors sous domination russe, aspirait à l’indépendance. Dès son arrivée à Paris au début de la Monarchie de Juillet en 1830, il se plongea dans une vie mondaine intense, faisant ainsi briller son extraordinaire talent de virtuose et d’improvisateur dans les salons.

 

 

Il se lia avec les artistes les plus en vogue, du violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme au peintre Eugène Delacroix, sans oublier George Sand, avec qui le pianiste entretint une liaison tumultueuse pendant près de dix ans au crépuscule de sa vie. Génie foudroyé par la maladie, déchiré par le martyr de sa patrie, Frédéric Chopin semblait destiné à intégrer le grand panthéon romantique. Tournée presque exclusivement vers le piano, son œuvre, à la fois sensible et révolutionnaire, marqua de nombreux compositeurs français tels Claude Debussy, Maurice Ravel jusqu’à Gabriel Fauré.

En regard de la musique symphonique ou de la musique lyrique destinée soit à la scène soit au théâtre de l’opéra, la pièce de genre éclot à l’époque romantique dans les salon bourgeois, sous l’influence de l’esprit rhapsodique qui définit le XIXe siècle tout entier ; l’esprit semble libéré des contraintes formelles et s’épanouit selon l’inspiration du moment. Toutefois, les périodes antérieures prônaient déjà cette créativité à travers l’art de l’improvisation.

Les premiers romantiques, tels Kalkbrenner, Hummel ou Field, poursuivent cette veine baroque, ravivée par des harmonies sulfureuses et souvent surprenantes. Le programme présenté ici mêle différentes pièces de genre tintées soit du calme intérieur et de l’esprit pittoresque — le nocturne, la ballade, ou la berceuse — soit de la fougue nationaliste et de la vigueur de la danse, comme le scherzo, la valse ou la polonaise par exemple.

Diffusion le lundi 19 juin 2017

Rediffusion le

Articles liés

Pin It on Pinterest

Share This