Rencontres francophones

Une fois par mois le jeudi, de 21h à 22h
Voir la page de l'émission

Renata Ada-Ruata, entre France et Italie

Nov 7, 2019

Née en Italie en 1948, Renata Ada-Ruata arrive en France en 1951, accompagnant sa mère, venue avec ses enfants rejoindre son père, tailleur de pierre qui, avec d’autres, reconstruit alors la cathédrale de Beauvais endommagée par les bombes.

Dans son bureau

Renata Ada-Ruata grandit en banlieue parisienne, rentre au lycée mais après la terminale, à son grand regret, elle est orientée vers des études professionnelles. En mai 1968 son père décède, et l‘année suivant elle passe un BTS de secrétariat puis travaille en entreprise. Par la suite — grâce aux enseignants qui depuis mai 1968 dispensent des cours en soirée — elle s’inscrit à l’université, où elle s’inscrit en italien (langue qu’elle comprend parfaitement mais ne parle plus et qu’elle n’avait jamais écrite) et en sociologie.

Renata Ada-Ruata travaille à Paris, d’abord comme secrétaire puis comme professeure multitâches, car grâce à son BTS, on lui demande d’enseigner la dactylo, la sténo, le droit, l’économie, la comptabilité et la correspondance commerciale. Ensuite elle s’occupe également de la formation continue et milite pour la possibilité de reprendre des études à tout âge.

En 1970, elle se marie à un jeune ouvrier qui avait « fait la révolution » en mai 1968. Après la séparation du couple en 1981, Renata Ada-Ruata est saisie de l’envie de « prendre la plume pour écrire sur “les dindons de la farce” », ce qu’elle ne tardera pas à concrétiser dans un premier roman à forte coloration autobiographique, Elle voulait voir la mer, que les Éditions Maurice Nadeau publient en 1985 et qui, l’année suivante reçoit le Prix populiste, puis est traduit et édité en allemand en 1988. Épuisé depuis de longues années, ce roman, est réédité en 2018 par le même éditeur.

En 1986, Renata Ada-Ruata quitte Paris et l’enseignement pour suivre son nouveau compagnon qui doit partir pour travailler à l’étranger. Avec lui et leur fils, né l’année précédente, elle vit d’abord à Londres puis à Genève. L’année suivante, naît le second fils du couple et elle publie son deuxième roman, Les étoiles à nouveau, toujours chez Maurice Nadeau. Elle ne cesse pas d’écrire, mais ne se préoccupe pas de faire éditer ses romans.

De retour à Paris à la fin des années 1990, elle commence à dessiner et à écrire de la poésie, travaille sur des écrivains d’expression populaire italiens, anime des ateliers d’écriture et de lecture dans divers établissements scolaires, en particulier professionnels, et renoue avec l’édition de ses romans et nouvelles : Le silence dans la maison (Éditions Baleine, 2002), La voie de Tina (Syros, 2004), Retour (nouvelle, D’un Noir Si Bleu,2008), Ces tout petits riens du désastre (Yago, 2009), La Vie Géante (nouvelle, D’Un Noir Si Bleu, 2013), Battista revenait au printemps (L’Aube, 2017), Les choix de Lara (Maurice Nadeau , 2019)

En 2005, sur incitation de la Fondation Adriano Olivetti, Renata Ada-Ruata écrit son premier texte en italien, une pièce de théâtre ayant pour sujet l’émigration des Italiens du Nord, Itineranze, anche un camminar verso se stessi (Itinérances, cheminer aussi vers soi-même)*. Elle écrit également des témoignages et des portraits. Sa bibliographie complète se trouve sur son site**.

Renata Ada-Ruata collabore avec bonheur avec d’autres artistes (peintres,  musiciens, plasticiens, photographes…) et elle aime travailler en « s’inspirant librement des contraintes ».

Depuis quelques années, elle partage sa vie entre la France et l’Italie où elle travaille régulièrement avec le peintre Claudio Jaccarino, une collaboration qui, en novembre 2018, aboutit à l’édition de Progetti spaesati (éditions La Memoria del Mondo), un petit coffret comprenant des poèmes, des dessins et des aquarelles. En décembre prochain, paraîtra chez le même éditeur I fiori di Erminia, monographie sur les peintures d’une femme née en 1934 et toujours vivante, peintre autodidacte que, dans la préface du livre, elle compare à Séraphine de Senlis.

* On peut lire cette pièce en version bilingue en cliquant ici.

** Le site de Ada-Ruata.

Diffusion le jeudi 14 novembre 2019

Rediffusion le

Pin It on Pinterest

Share This